// ${Guilou} //

Six mois avec le capteur d’activité Withings Pulse Ox

Introduction

Depuis quelques années nous assistons à un boom du quantified self, ce mouvement qui consiste à accumuler des mesures personnelles afin de les analyser ou de les partager. L’entreprise française Withings est déjà connue dans ce secteur avec sa balance connectée et propose aujourd’hui un capteur pour vous accompagner au quotidien. En effet, le Pulse Ox est capable de mesurer vos pas durant le jour et vos cycles de sommeil durant la nuit.

(Les pressés peuvent accéder directement à la conclusion)

Capteur d'activité Withings Pulse Ox

Capteur d’activité Withings Pulse Ox

Petite parenthèse concernant le nom : ce capteur est nommé Withings Pulse O2 dans le monde entier, sauf en Europe où il a été renommé Withings Pulse Ox après sa sortie. C’est exactement le même capteur, avec les mêmes fonctionnalités, livrés avec les mêmes accessoires et les même logiciels. (source)

En petit geek technophile et amateur de graphiques, cela faisait un moment que j’étais attiré par ce genre de tracker d’activité. J’ai eu la chance de me le faire offrir pour mon anniversaire l’été dernier, et j’ai décidé de vous en parler après 6 mois d’utilisation en situation réelle. Ça changera de tous les articles « Test du Withings Pulse » existants pour qui l’auteur n’a eu qu’une semaine ou deux de recul.

Le contenu de la boîte

Packaging du Withings Pulse O2 / Ox

Packaging du Withings Pulse O2 / Ox

La boite n’est pas très grande et assez bien fichue : on retrouve le capteur d’activité, le bracelet pour le porter en guise de montre, le clip ceinture ainsi qu’un petit câble USB pour la recharge. Dans le fond de la boite, on peut faire glisser la notice vers l’extérieur. L’ensemble est assez bien fait, très design et donne envie d’essayer tout ça rapidement !

Les accessoires livrés avec le capteur

Les accessoires livrés avec le capteur (existent aussi en noir)

Le bracelet est en silicone et aluminium anodisé. Pas de risque d’allergies avec la peau pour peu qu’on pense à le nettoyer de temps à autre. Je m’en sers chaque nuit pour le suivi de sommeil et je n’ai eu aucun souci avec jusqu’à présent. Le clip ceinture est lui aussi en silicone aussi et pince très fort : normalement on ne devrait pas le perdre. C’est le seul accessoire dont je ne me sers jamais : je glisse le capteur nu dans la poche « Zippo » de mes pantalons ou alors je le porte sous forme de montre (la nuit essentiellement).

Mise en marche

Le capteur fonctionne de paire avec l’application Health Mate (Android & iOS). Il est donc nécessaire de l’installer sur son smartphone ou sa tablette et de se créer un compte. La prochaine étape consiste alors à associer le capteur avec son téléphone. Il suffit d’activer le bluetooth et de se laisser guider par les instructions affichées sur votre téléphone.

Le tracker d’activité

Le capteur est tout petit, très léger et ma plus grande crainte est de l’égarer un jour. Il se glisse parfaitement dans la petite poche du jean et s’oublie complètement. Il s’oublie d’autant plus que la batterie tient deux semaines sans forcer. Elle se recharge en très peu de temps (une petite heure) avec un câble USB. C’est vraiment un gros point fort de ce tracker d’activité !

Au niveau de l’ergonomie, c’est très simple : il y a qu’un seul bouton physique et l’écran est tactile. À chaque pression sur le bouton, on passe à l’écran suivant. Sur chaque écran, on peut remonter jusqu’à 10 jours dans le passé. Un appui long sur le bouton force la synchronisation avec le téléphone associé.

L’écran est un peu trouble, comme s’il était derrière une vitre assez épaisse. Alors que c’était plutôt décevant lorsque je l’ai reçu, aujourd’hui je m’en accommode très bien parce qu’il reste lisible malgré tout.

Fonction podomètre

Le Pulse Ox est capable de mesurer le nombre de pas que vous réalisez par jour, la distance parcourue (estimée à partir de votre taille renseignée à l’installation), le dénivelé ainsi que l’intensité : il sait différencier la marche de la course à pied. J’ai réalisé quelques tests pour mesurer la précision de ces calculs, et je dois avouer que je suis très agréablement surpris : la distance estimée avec le capteur est toute proche de celle calculée avec le GPS au travers de RunKeeper par exemple.

On retrouve toutes les infos de notre journée sur le petit capteur en passant d’un écran à l’autre avec le doigt.

Fonction sommeil

À la nuit venue, il faut placer le capteur dans le bracelet et naviguer au travers du menu pour enclencher le mode nuit (attention à ne pas oublier !). Le Pulse Ox va tout simplement mesurer vos mouvement durant votre sommeil et tenter d’en apporter une analyse (un peu comme l’application Sleep Cycle que j’avais testé). Ça marche plutôt bien, il arrive à noter quand je vais vider ma vessie, mais sinon c’est un peu flou. Par exemple, lorsque je n’arrive pas à m’endormir, je reste immobile pour ne pas trop déranger mademoiselle et le capteur est persuadé que je dors à poings fermés. Pas étonnant vu que ça se base sur mes mouvements…

IMG_6600

Déclenchement du mode nuit

Je reste vraiment sur ma faim avec cette fonctionnalité. Pour une nuit, il va nous donner le temps que l’on a passé éveillé, en sommeil léger ou en sommeil profond, sauf qu’on a aucune idée de ce qui est bien ou ne l’est pas, de ce qu’il faut améliorer, etc. Par exemple, la semaine passée j’ai dormi en moyenne 7h40 par nuit dont 4h41 en sommeil léger pour 2h49 en sommeil profond. Est-ce que j’ai trop de sommeil léger ? Comment arriver à augmenter son sommeil profond ? Aucune idée, je n’ai rien trouvé dans l’aide malheureusement :(

Fonction oxymétrie

Cette fonction est plutôt bluffante quand elle marche. En gros l’idée est de poser son doigt derrière le capteur, d’enclencher le mode d’oxymétrie et au bout d’un certain temps on obtient son rythme cardiaque ainsi que la concentration de dioxygène dans le sang. J’ai comparé mon rythme cardiaque avec un cardiofréquencemètre et ça tombe globalement juste !

Mesure du rythme cardiaque et de l'oxymétrie

Mesure du rythme cardiaque et de l’oxymétrie

Le gros souci, c’est qu’il faut s’y reprendre à plusieurs fois avant d’obtenir sa mesure. On ne sait pas trop comment placer son doigt, avec quelle force il faut appuyer… Ça semble pas mal consommer d’énergie aussi, du coup je ne m’en sers plus du tout ! Si cette mesure ne vous intéresse pas non plus, profitez-en pour vous tourner vers le Pulse tout court, c’est le même mais sans cette fonctionnalité !

Application mobile

L’application est très sympa et se compose de quatre parties principales : la timeline, le dashboard, le classement ainsi que son profil. Les graphiques permettent de connaitre son activité par tranche de demi-heures. On peut les consulter à l’échelle d’une journée ou à l’échelle d’une semaine. En touchant avec le doigt une barre du graphique, il est possible d’avoir la valeur exacte pour la demi-heure ou journée sélectionnée.

Régulièrement on gagne des trophées selon la distance parcourue à pied depuis l’acquisition du Pulse Ox, ou encore selon le dénivelé. C’est toujours motivant ! Depuis l’application il est également possible de connaitre l’état de la batterie du capteur. Elle nous envoie automatiquement une notification quand il ne reste plus que 20% afin de penser à le recharger !

Les synchronisations se font de manière transparente. J’en ai souvent une le matin après être sorti du mode nuit et dans la journée selon mon activité physique. Selon l’aide en ligne, les synchronisations ont lieu :

  • Après 1 000 pas réalisés depuis la dernière tentative de mise à jour ;
  • Si l’objectif de 10 000 pas est atteint ;
  • Si 6h se sont écoulées depuis la dernière mise à jour.

Dans tous les cas, il est possible de forcer la synchronisation à la main en restant appuyé longtemps sur le seul bouton du tracker d’activité.

Application web

L’application web est accessible via healthmate.withings.com et permet de retrouver globalement tout les informations que l’on a sur l’application mobile.

Activité et rythme de sommeil

Activité et rythme de sommeil (vendredi soir, c’était soirée, oui)

On retrouve un ensemble de petits widgets qu’on peut réorganiser à sa guise. On retrouvera le sommeil, les pas, le poids, la masse grasse, la fréquence cardiaque, l’oxymétrie et MyFitnessPal si vous l’avez lié (permet donc de suivre les entrées caloriques si vous prenez la peine de saisir tous vos repas)

Widgets pour le sommeil et les pas

Widgets pour le sommeil et les pas

Le gros plus de la version web, c’est qu’elle permet d’exporter ses données en CSV et donc de l’ouvrir avec n’importe quel tableur comme Excel ou OpenOffice Calc.

Export CSV des données

Export CSV des données personnelles (bouton Télécharger en haut à droite)

Enfin, la partie badge permet de voir tout ceux que l’on a récolté depuis que l’on possède le capteur Pulse Ox. Chaque badge est lié à une petite histoire et permet d’apprendre quelques informations sympathiques. Rien de transcendant, mais motivant malgré tout !

Les badges gagnés dans la souffrance (ou pas)

Les badges gagnés dans la souffrance (ou pas)

Et le SAV ?

Un test ne serait pas complet sans un petit tour du côté du SAV. Pratiquant la course à pied de temps en temps, j’ai un jour noté que le capteur ne comprenait pas que j’étais en train de courir, alors qu’au tout début il le faisait. J’ai donc envoyé un message via la partie support du site et très rapidement un conseillé a répondu. Suite à quelques échanges d’e-mail, il me propose alors de le prendre en garantie. Il me fait alors parvenir un code de réduction qui me permet d’acheter directement un nouveau capteur via le site officiel de la marque, que je fais livrer chez moi sans frais.

Une fois la réception du nouveau capteur, j’ai alors 3 semaines pour renvoyer l’autre. Et je peux garder les accessoires :)

Bref, je suis vraiment très content du SAV de Withings qui su gérer mon problème comme il fallait !

Conclusion

Clairement, j’adore ce petit tracker d’activité. Je n’ai pas oublié une seule fois de le porter la journée (il m’est arrivé d’oublier 3 ou 4 nuits par contre, généralement hors de chez moi). Il m’a permis de me rendre compte à quel point je ne bouge pas assez durant la semaine et qu’atteindre les 10 000 pas préconisés par l’OMS n’est pas forcément évident. Chaque soir, c’est devenu un rituel de visualiser combien de pas j’ai pu réalisé dans la journée.

Pour la mesure du sommeil, généralement on n’a pas besoin de graphiques pour savoir qu’on a mal dormi. C’est avec une analyse sur une période plus longue que l’on peut dégager des informations. Je sais par exemple qu’idéalement je devrais dormir 30 minutes de plus chaque nuit, et que les semaines où j’y parviens je suis en meilleure forme.

Socialement, le capteur provoque toujours la curiosité. Les gens sont étonnés de sa si petite taille et semblent assez rapidement séduits. Ils veulent souvent s’en procurer un, mais ne sont pas toujours prêts à mettre si cher et se tournent alors vers des podomètres plus classiques…

Les points positifs :

  • C’est vraiment un chouette compagnon au quotidien ;
  • Application web et mobile très bien réalisées ;
  • Intégration d’applications tierces comme MyFitnessPal ;
  • Possibilité d’exporter ses données ;
  • Précisions des mesures ;
  • SAV réactif et compétent.

Les points négatifs :

  • Manque de documentation pour analyser la qualité de son propre sommeil ;
  • Fonction oxymétrie pas facile à utiliser ;
  • Le prix un peu élevé (~ 120 €)

Avoir enfin une vraie disposition clavier sous Windows

Sous Windows il n’est pas possible de faire des tas de caractères de la langue française comme les majuscules accentuées (É ou È par exemple), le « e dans l’o » (œ) et les guillemets français facilement. Certains connaissent des combinaisons de touches avec alt et le pavé numérique, mais c’est la plaie… Sous Linux par contre il existe une disposition nommée « fr-oss » qui permet, très facilement, d’avoir accès à toutes ces lettres. Voici la méthode pour obtenir cette disposition clavier sous Windows 7 ou Windows 8.

La disposition clavier fr-oss

La disposition clavier FR-OSS correspond à celle-ci :

Clavier fr-oss

La lecture de l’image se fait comme suit :

  1. Le caractère en bas à gauche de chaque touche se fait en appuyant tout bêtement sur la touche en question ;
  2. Le caractère en haut à gauche est réalisé en utilisant une des touches maj ;
  3. Le caractère en bas à droite est réalisé avec l’aide de alt-gr ;
  4. Enfin, le caractère en haut à droite est réalisé en combinant une touche maj, alt-gr et la touche en question.

Quelques exemples que j’utilise quotidiennement :

  • Pour faire le c cédille majuscule dans « Ça va ? », j’utilise la combinaison alt-gr. + maj + ç ;
  • Pour faire le e dans l’o dans « mon cœur », j’utilise la combinaison alt-gr. + o ;
  • Pour faire les guillemets français, je fais alt-gr. + w ou alt-gr. + x ;
  • Pour faire les points de suspensions, il suffit de faire alt-gr. + maj + ?.

Installer un clavier fr-oss sur Windows 7 ou Windows 8

  1. Téléchargez le fichier ZIP clavier_francais_Windows.zip ;
  2. Dézipper le fichier. Si vous êtes sur un clavier d’ordinateur portable, alors dézippez le fichier clavier_fr-ossc.zip, sinon dézippez le fichier clavier_fr-oss.zip ;
  3. Lancez setup.exe ;

Maintenant que la disposition clavier est installée, il faut aller l’activer !

  1. Rendez-vous dans le panneau de configuration ;
  2. Dans la rubrique « Horloge, langue et région » trouvez le lien « Modifier les claviers ou les autres méthodes d’entrée » ;
  3. Dans la fenêtre qui s’ouvre, cliquez sur « Modifier les claviers » ;

On est alors sur cette fenêtre (du moins sur mon Windows 7) :

windows_clavier_oss

Placez la ligne Français (comme fr-oss) en premier de la liste grâce au bouton « Monter ». Redémarrer l’ordinateur ou la session. C’est bon ! Si ça n’était pas le cas, regardez du côté de la barre des tâches :

windows_clavier_oss_notif

Il faut seulement quelques heures pour apprendre à écrire de cette nouvelle façon. Très rapidement on prend de bons réflexes alors que cela semble impossible à première vue, surtout lorsqu’on a des années de frappe dernière nous. Pour plus d’information, je vous invite à vous rendre sur le site de Michel Julier qui m’a permis de m’en sortir avec l’ordinateur du boulot sous Windows 8 :)

Merci à lui !

Mettre à jour le Blade 180 CFX

Blade 180 CFX

Cette machine dispose en réalité d’un micro-récepteur Spektrum AR6335 AS3X et c’est ce dernier qui doit être mis à jour. Pour ce faire, il est nécessaire d’avoir un câble SPMA3065 qui coûte quand même une vingtaine d’euros… Il n’est pas possible non plus d’obtenir la liste des mises à jour du Blade 180 CFX sans enregistrer son produit sur le site de Spektrum.

  1. Téléchargez tout d’abord Spektrum Updater 1.1 directement sur le site officiel et installez-le ;
  2. Trouvez le raccourci du logiciel et lancez-le ;
  3. Connectez votre précieux câble à la prise BIND du récepteur (sur le Blade 180 CFX, c’est sur le flanc droit) et à l’ordinateur en USB ;
  4. Le logiciel récupère votre numéro de série ;
  5. Rendez-vous sur la page d’inscription de la communauté Spektrum pour enregistrer votre produit. Cette fois, la page existe en français :) ;
  6. Dans « Mes produits », trouvez le lien intitulé « Mises à jour » pour votre récepteur AR6335. Vous aurez alors la liste des versions du firmware qui existent pour ce produit ;
  7. Téléchargez la version qui vous intéresse et enregistrez-la sur votre ordinateur ;
  8. De retour dans le logiciel Spektrum Updater, cliquez sur « Choose file » et indiquez le fichier précédemment téléchargé ;
  9. Cliquez sur « Install ». C’est fait !

Spektrum Updater

(Source : http://spektrumrc.cachefly.net/apps/updater_instructions.html)

Remplacer les roues d’une valise Samsonite

Depuis quelques temps, les roues de la valise de Mademoiselle montrent de gros signes de faiblesse. Elles ont perdues une partie de leur gomme et font un vacarme d’enfer. Renseignements pris auprès de Samsonite, il n’est ni possible de faire réparer la valise, ni possible d’obtenir des pièces détachées ! En effet, la valise à 5 ans et demi, elle est complètement obsolète voyez-vous !

En observant bien la valise, je me rend compte qu’elle sera démontable et surtout je prend des mesures pour les roues. Je trouve :

  • Diamètre de la roue : 80 mm ;
  • Diamètre de l’axe : 8 mm ;
  • Largeur de la roue : 21 mm sans les ergots, 25 avec.

On est parfaitement dans les dimensions moyennes des roues de roller comme je l’espérais ! J’achète alors deux roues avec leurs roulements ABEC 7 (achtung! site en allemand) pour 16,80 € livraison incluse. Après installation, 80 mm est vraiment la taille maximale des roues, ça frotte un peu tant qu’elles restent neuves. Vous pouvez vous contenter de taille inférieure (78 ou 76 mm). Concernant la dureté de celles-ci, j’ai choisi des 80A ce qui est plutôt tendre.

Démontage de la valise

On ouvre la doublure soigneusement, ce qui permet d’accéder aux blocs plastiques qui contiennent chacun une roue. Évidemment, vu que la marque ne souhaite pas tellement que l’on bricole nous-même la valise, il faudra s’équiper d’un tournevis Torx.

IMG_3725.resized

Une fois les vis retirées, on peut alors extraire tout le bloc plastique qui est bien usé !

IMG_3729.resized

Les difficultés arrivent ici : pour retirer l’axe, il y a un circlip assez difficile d’accès. Je n’ai pas l’outil adéquat non plus, donc il faudra jouer de la pince et du tournevis. C’est la partie la plus longue de la réparation ! Une fois l’axe retiré, on se retrouve alors avec la roue bonne pour la poubelle :

IMG_3731.resized

De mon côté, j’ai de superbes roues de roller de remplacement :

IMG_3718.resized

On fait passer l’axe dans la roue de roller et dans le carénage en plastique, on remet le circlip et éventuellement quelques rondelles pour limiter le jeu axial. Il suffit enfin de remonter le carénage sur la valise et la voici repartie pour 10 ans et des centaines de voyages sur la planète !

IMG_3735.resized

Le gros avantage des nouvelles roues c’est qu’elles sont très silencieuses. Attention aussi à la glisse, ça roule vraiment très bien (c’est sur deux roulements à billes mine de rien !) et on ne sent plus trop la valise au bout du bras. Il est arrivé que l’on se sente un peu emporté par celle-ci dans les descentes :D

Réparer une carte SD dont le bouton s’est cassé

Aujourd’hui j’ai récupéré une carte SD dont le petit bouton en plastique est cassé. La carte est alors utilisable qu’en lecture seule, ce qui est moyennement arrangeant. L’astuce consiste tout bêtement à mettre un bout de scotch à l’endroit où le bouton était placé. La carte redevient alors accessible en écriture !

Une carte SD scotchée

Édit au 18 novembre : le bout de scotch tout seul n’aura pas survécu longtemps. Dès qu’il est éventré, la carte SD revient en lecture seule. Du coup j’ai pris un bout de papier que j’ai plié plusieurs fois pour combler l’interstice. Ça semble suffisamment robuste à présent !

Installer Skype sous Linux Mint Debian Edition 64 bits

L’astuce suivante doit sûrement permettre d’installer Skype 4.1 sous d’autres systèmes Linux 64 bits, vu que c’est le 64 bits qui semble à l’origine des problèmes. Tout d’abord on récupère le .deb ici : http://www.skype.com/fr/download-skype/skype-for-linux/. Ensuite on lance l’installation :

dpkg -i skype-debian_4.1.0.20-1_i386.deb

De mon côté j’obtenais l’erreur suivante :

dpkg: des problèmes de dépendances empêchent la configuration de skype : skype dépend de libqtwebkit4 (>= 2.1.0~2011week13).

Un naïf aptitude install libqtwebkit4 ne change rien :

aptitude install libqtwebkit4 Aucun paquet ne va être installé, mis à jour ou enlevé.

L’astuce consiste en réalité à installer la version 32 bits de la librairie Qt Webkit

aptitude install libqtwebkit4:i386

Cette fois le dpkg -i marchera !

Accélerer YouTube avec Proxfree

ProxFree

ProxFree est, comme son nom le laisse deviner, un proxy gratuit. Il permet ainsi de se connecter à des sites en passant par un relai. Cette astuce permet ainsi de contourner le bridage de YouTube, mis en place notamment par Free et Orange. En entrant l’adresse d’une vidéo YouTube, vous pourrez la voir en qualité HD (1080p) sans attendre des heures !

[Cactus V5] Utiliser la télécommande et déclencher des flashs simultanément

Cactus V5Les Cactus V5 sont des déclencheurs radio permettant de contrôler des flashs à distance (jusqu’à une centaine de mètres en environnement dégagé). Contrairement aux déclencheurs infra-rouges, les Cactus permettent de faire passer le signal au travers des murs. Par contre, il faut oublier les automatismes des flashs (e-TTL / i-TTL) et tout régler en manuel !

Cactus V5 et Metz 50 AF-1Ces déclencheurs ne sont pas très onéreux et permettent de se lancer dans le strobisme sans se ruiner. Chaque module est à la fois émetteur / récepteur, donc on peut acheter des modules supplémentaires petit à petit, au fur et à mesure que l’on progresse dans ce domaine et qu’on multiplie les sources d’éclairage.

La fonctionnalité qui m’intéresse aujourd’hui sur les déclencheurs radio est celle de la télécommande. Avec un câble adapté, il est en effet possible de se servir d’une paire de Cactus pour déclencher son boitier à distance. Il suffit de placer un module en mode récepteur sur le boitier et de le relier à la prise télécommande et, de l’autre côté, d’appuyer sur le bouton à mi-course pour faire la mise au point, puis de déclencher en appuyant à fond.

On a donc vu que le système Cactus offre deux fonctionnalités : le déclenchement de flashs à distance et la télécommande. Est-il possible de cumuler les deux ?

Naïvement, on sort un troisième module que l’on met sur le même canal radio que les deux autres modules. On appuie sur le bouton du module télécommande et on constate que le boitier se déclenche ainsi que le flash ! Malheureusement, on verra que la photo réalisée est ratée : le flash ne se voit pas. Le problème est que les flashs sont déclenchés tellement rapidement qu’ils ont déjà cessé d’illuminer la scène lorsque la prise de vue débute…

Canon 35mm f/2 Canon 35mm f/2

La solution consiste alors à s’équiper d’un quatrième module. Il faut alors procéder comme suit :

Pyramide de Cactus V5

  1. Mettre un module en mode émission sur un canal A et sur la griffe porte-flash du boitier
  2. Mettre un module en mode réception sur un canal B, relié par le câble au boitier et monté sur le cactus #1
  3. Mettre un module en mode réception sur un canal A au niveau du flash
  4. Garder un module en mode émission sur un canal B près de soi : ça sera la télécommande

J’ai un peu galéré pour trouver cette configuration : il suffit d’inverser les modules #1 et #2 pour que ça ne marche pas. Chez moi, laisser le module #2 pendouiller au bout du câble n’a pas marché, j’ai n’ai trouvé que la solution « pyramidale » pour que cela fonctionne correctement. Notez ainsi que pour faire des photos avec n sources lumineuse et une télécommande, il faudra donc compter n+3 modules Cactus V5 !

Ceci dit, avec 4 modules Cactus il est déjà possible de réaliser des autoportraits avec une source lumineuse, ce qui est déjà pas mal !

Se connecter à un réseau wifi WPA en ligne de commande sous Linux

Il arrive parfois, pour une raison ou une autre, de devoir absolument se connecter au wifi en ligne de commande uniquement. Voici un petit mémo des lignes de commandes qui m’ont été utiles pour me connecter à mon réseau wifi protégé par WPA. Les commandes ont été testées sous Linux Mint Debian Edition, mais ça doit marcher au minimum sur toutes les distributions à base de Debian (Ubuntu compris, donc).

Terminal Linux

On part du principe que l’interface réseau est wlan0 et que vous êtes root !

  1. On scanne les réseaux wifi
    iwlist wlan0 scanning
  2. On génère la clé WPA qu’on stocke dans un fichier
    wpa_passphrase nom_reseau_wifi > ~/wpa.conf
  3. On se connecte au réseau
    wpa_supplicant -B -c ~/wpa.conf -i wlan0 
  4. On récupère une adresse IP avec
    dhclient wlan0
    
  5. C’est tout !

(Merci à DebianWorld qui m’a bien dépanné avec son article quand j’étais en carafe)